Les Catlins et Te Anau en coup de vent

ILE DU SUD – 09/2018

Nugget Point et Kaka Point

Nous nous dirigeons vers les Catlins et Te Anau. Après une nuit dans un chouette camping fermier, on roule jusqu’à Nugget Point. On marche jusqu’au phare blanc le long de la falaise. Le chemin est ponctué par des poèmes. L’océan est déchaîné ;  sur les rochers en contrebas, on aperçoit avec les jumelles des otaries juvéniles. Ce lieu est connu comme nurserie.

On poursuit jusqu’à Kaka Point et là on s’arrête en apercevant une otarie ou lion de mer sortir de l’eau (après recherches, nous apprenons que le lion de mer est une sous-espèce des otaries). Ni une ni deux, on s’approche d’elle, tout en restant à distance respectueuse. Elle s’avance tranquille, se roule dans le sable et baille plusieurs fois. Quel moment privilégié, seuls avec elle ! 

CurioBay – Les Catlins

Nous passerons 2 nuits au camping de CurioBay dans les Catlins. Nous en profiterons pour nous reposer, un peu cassés par ce mois et demi à rouler en van. Quant au site, il est connu pour l’observation des manchots aux yeux jaunes, que nous ne verrons pas malgré de longues minutes d’attente la nuit tombée.  

Te Anau

Nous continuons vers Te Anau, l’entrée de Milford Sound, célèbre pour ses fjords (la région s’appelle Fiordland) et pour un sentier de randonnée très réputé : le Milford Track (le plus beau au monde disent les Néo-Zélandais). Il traverse sur 4 jours des paysages uniques et en été, il faut réserver sa place jusqu’à un an à l’avance.  

Lac Te Anau

Malheureusement le temps se dégrade et le gérant du camping nous annonce que la route pour se rendre à Milford Sound est actuellement fermée en raison des risques d’avalanche.

La météo ne s’arrange pas. C’est une région qui reçoit entre 5 et 7m de précipitations par an alors on ne s’attendait pas non plus à une sécheresse. Au centre d’information du parc, on nous confirme que la route n’est pas accessible jusqu’au bout.

Ne pouvant nous y rendre et ayant un programme à tenir, nous randonnons sur le sentier du Kepler Track sur la partie Rainbow Reach, car plus loin il faut s’équiper de crampons et piolets. Le sentier passe par un pont suspendu et traverse le bush.

Après 1h30 de marche à couvert, nous débouchons sur le refuge Motauru Hut près du Lac Manapouri. Le refuge peut accueillir une 40aine personnes en dortoir, il dispose de l’eau courante distribuée grâce à des citernes à l’extérieur. Il faut juste prévoir son réchaud et son sac de couchage. Si la météo avait été avec nous, nous aurions volontiers profité de ces refuges pendant quelques jours de trek. Une autre fois peut-être. 

On décide de déjeuner dans le refuge, car impossible de rester sur la plage de galets, en raison des mouches des sables (sandflies) qui nous attaquent. D’ailleurs ce qui est très drôle, enfin pour moi, c’est que les sandflies (Te Namu en Maori) ne s’intéressent qu’à Jérôme, ce qui me change après des mois à me faire « bouffer » par les moustiques à la Réunion.

Il y a une justice en ce bas monde ! Ces satanées bestioles, qui ressemblent à des moucherons et que l’on chasse négligemment d’un geste, piquent beaucoup et fort. La victime (Jérôme en l’occurence) va avoir des boutons pendant une semaine et des démangeaisons d’une ampleur inconnue. 😉

A notre retour au camping, nous aurons encore droit à une magnifique nuit étoilée. Quelle bonheur !

Laisser un commentaire